» Actualités » L’église Saint-Julien, patrimoine partagé
 
lundi 18 mars 2019
PLU
CIO


L’église Saint-Julien, patrimoine partagé

 

Les communes ont en charge l’entretien et la restauration de leur patrimoine architectural. Les églises sont des édifices que les citoyens et les élus s’efforcent de protéger à hauteur de l’Histoire construite à travers les siècles.

JPG - 2.2 Mo

C’est bien sur ce crédo que Denis Leprat, maire délégué de Chambon-sur-Cisse avait invité samedi 24 novembre, ses collègues Jean-Yves Guellier, maire de Valencisse et Gérard Charzat, maire délégué d’Orchaise ; mais aussi Nicolas Perruchot, président du Conseil départemental, Annette Doire, déléguée de la Fondation du patrimoine et le père Rodrigue Bissy, nouveau prêtre du secteur Onzain-Herbault.

L’église Saint-Julien de Chambon date en grande partie des X et XIIème siècle. A la suite de fuites et d’infiltrations d’eau, des travaux de réfection du pan nord de la toiture ont été engagés en 2013, avec le soutien financier de la Fondation du patrimoine, du Conseil départemental, du Conseil régional, de la commune et d’une souscription publique lancée avec la Fondation du Patrimoine.

JPG - 213 ko

Pour les mêmes raisons, des travaux qui ont duré un mois, ont été réalisés sur le pan sud de la toiture de l’église. Là encore, les financements ont été assurés par la Fondation du patrimoine, une forte souscription publique, la commune de Valencisse, la Dotation de Solidarité Rurale du Conseil départemental et le Conseil régional Centre-val de Loire.

Denis Leprat a remercié l’adjoint Christian Baron et le conseiller municipal Michel Dubuisson pour leur investissement dans la mise en œuvre et le suivi des travaux. Il a mis en exergue le travail accompli par les artisans locaux et l’apport de bénévoles du village, telles que Mmes Bienvenu et Carré pour la restauration d’une statuette et d’une ancienne bannière de procession.

JPG - 968.8 ko

Le coq de la girouette, superbement patiné à la feuille d’or par Jean-Pierre Sabarly a retrouvé son perchoir sur l’église à 20m de haut, grâce à l’élévateur de Patrice Barbeau. Pour la petite histoire, ce même coq avait été restauré en 1953, suite à une tempête. Un nouveau projet est en gestation : Mettre en valeur le mécanisme de l’ancienne horloge, avec un socle et un sarcophage.

Annette Doire a exprimé sa détermination à protéger le patrimoine architectural quand des intentions mercantiles mettent en péril des monuments historiques. Et de préciser que l’état y reste très vigilant, le département et la région ayant tissé des liens très étroits avec la Fondation du patrimoine.

Denis Leprat a souligné avec une certaine émotion la ferveur qui peut réunir bon nombre de citoyens autour d’une église, patrimoine véritablement partagé. La cérémonie s’est terminée avec le pot de l’amitié servi dans la mairie de Chambon.

 
 

 
 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Mentions légales     |    Se connecter